Pourquoi voyager seul(e) ?

Cela fait maintenant deux ans que j’ai réalisé mon premier voyage en solo. Le temps passe vite… mais j’aime repenser à toutes les émotions que j’ai ressenti à ce moment là, avant, pendant ou après ce premier voyage.

Ce type de voyage effraie énormément et il est difficile de franchir le pas… On nous parle très souvent des voyages en solo au long cours (pendant plusieurs mois, voir années) et de ce qu’ils apportent. Mais partir seul(e), ne serait ce que pour un week-end apporte également de belles choses.

Je vous propose donc ici mes bonnes raisons de sauter le pas, afin que d’autres se lancent enfin dans les voyages qui les font tant rêver !

IMG_0375

Apprendre à se connaître

Je pense qu’il s’agit de la bonne raison numéro 1 de sauter le pas !

Quelque soit la raison qui vous pousse à envisager un voyage en solo (décès, séparation, reprendre sa vie en main…) elle est forcément bonne. Le voyage est une thérapie presque reconnue. Nombreux sont ceux qui prennent cette décision à un tournant de leur vie. Partir en solo représente une formidable opportunité d’introspection.

Beaucoup de personnes ignorent ce dont ils ont besoin pour être heureux; ils doutent, malgré le fait qu’ils aient tout ce que la société juge bon pour être heureux. Et personnellement, c’est le voyage qui m’a permis d’ouvrir les yeux. Il permet de se rendre compte de ce que l’on a déjà, de ce que l’on a besoin et surtout des choses qui comptent vraiment. En d’autres termes il permet de relativiser et de toucher du doigt ce dont vous avez réellement besoin pour être heureux.

Il m’a permis de connaître ma propre zone de confort et me donne envie à chaque instant de la dépasser. C’est grâce à cela que j’ai réussi à cerner ce qui me fait vibrer ainsi que ce qui me donne envie de me lever chaque matin.

Mais il y a surtout une chose très importante que m’a appris le voyage en solo, c’est le lâcher prise. En effet, même si on ne part pas très longtemps, on est toujours confronté à un moment ou un autre à une « petite situation de crise ». Avec le temps, je dois dire que je gère beaucoup mieux mon stress ainsi que ce genre de situations imprévues. Et le lâcher prise, m’aide également dans ma vie au quotidien : lorsqu’une situation ne dépend pas de moi, alors je lâche prise car je n’y peux rien et je n’aurai aucune influence dessus.

DSCN3626

Abat la timidité et les idées reçues

Tous les voyageurs solo sont passés par la fameuse étape du doute. Aller vers l’inconnu ce n’est pas évident, c’est même effrayant. La peur de l’inconnu est quelque chose de courant. Nous passons tous par cette phase où nous nous demandons : mais que va-t-il se passer lorsque je serai là bas ? Et si je tombe malade ? Et si je me fais agresser ?

Je n’ai qu’une question pour vous : Ne risquez vous pas de tomber malade ou de vous faire agresser chez vous, dans votre ville ? Le risque est partout ! Et si on se laisse aller à penser à tout cela, on ne fait plus rien dans la vie. Or si vous envisagez un voyage en solo, c’est que vous avez envie d’en faire des choses dans votre vie 😉

Une autre idée reçue, et surement la plus tenace, c’est la solitude. Tout voyageur en solo a déjà entendu au moins une fois : « Je sais pas comment tu fais pour voyager seul(e), j’ai trop peur de m’ennuyer et la solitude trop peu pour moi ! ». Il s’avère que non, vous ne serez probablement pas seul(e) durant tout votre voyage. Le tout est de choisir des situations où vous aller être amené(e) à rencontrer du monde, du moins lors des premiers voyages. Réservez par exemple vos nuits dans des auberges de jeunesse, qui seront bien plus propices à la rencontre qu’une chambre d’hôtel. Réalisez des « free guide tours » pour visiter les villes. Vous verrez que vous serez très rapidement bien entouré(e) de backpackers du monde entier. Pour les plus audacieux, vous pouvez également opter pour le couchsurfing. Il s’agit de se faire héberger chez l’habitant gratuitement, ce qui peut également être un très beau vecteur de rencontres.

Il faut que vous vous rendiez compte que le voyage en solo est normal dans d’autres pays. Vous rencontrerez forcément d’autres voyageurs seuls qui se feront un plaisir de partager un petit bout de voyage avec vous.

Et si vous êtes très timide ou que vous ne parlez pas la langue du pays ou l’anglais, pas de panique ! La barrière de la langue n’est pas vraiment un obstacle. Essayez de vous forcer un peu. Si vous êtes là pour dépasser vos limites alors c’est le moment ! Lors de mon premier voyage en solo, je suis partie en Italie. Je ne parle pas un mot d’italien, mon anglais était plus qu’approximatif et ne parlons pas de ma timidité. Et pourtant, ce voyage fut extraordinaire ! Pleins de belles rencontres et de bons moments.

N’ayez pas peur d’aller au restaurant seul(e). Si vous prenez le temps de lever la tête et que vous vous montrez ouvert à la conversation, les gens viendront vers vous, ne passez pas à côté d’une belle occasion de faire des rencontres.

IMG_2264

Vive la liberté et l’instinct

Voyager seul(e), c’est se rendre compte de la liberté que cela engendre. Vous allez pouvoir vivre les choses comme elles viennent. Nous avons tous pris l’habitude du voyage à plusieurs, en famille ou entre amis, où nous devons systématiquement faire des concessions. Vous devez commencer par des compromis sur les dates de départ, puis sur les lieux que vous souhaitez visiter, vous vous levez tôt le matin, les autres non donc, vous les attendez… Et ainsi de suite. Lorsque l’on voyage en solo, si vous avez envie de visiter ceci ou manger cela, personne ne viendra vous contre dire. Et c’est ainsi que l’on rejoint le premier point que j’ai abordé : vous pouvez enfin vous écouter, écouter vos envies.

Quelque soit le cas de figure, voyager, seul(e) ou accompagné(e), lorsque vous voyagez vous sortez de votre zone de confort. Et lorsque l’on sort de cette zone de confort, quelque chose de formidable et surtout ancestral se passe : le retour de l’instinct. Alors oui quand on voyage en groupe, on a tendance à se reposer sur les autres. Par contre, lorsque l’on est seul(e), je vous garantie que l’on redécouvre ce sens que nous n’avons plus l’habitude d’utiliser dans notre quotidien bien rangé.

Je pense que le seul conseil que je peux vous donner ici, au delà des bonnes raisons de voyager en solo, c’est de suivre votre intuition. Ecoutez vous, suivez votre instinct et vous verrez que tout se passera bien, y compris dans les pays dits « dangereux ». Très souvent l’instinct ne trompe pas 😉

IMG_8010

Ces voyageurs qui on fait le tour du monde en solo ou qui voyage seul(e) et qui m’inspirent au quotidien

IMG_4986

Le voyage en solo m’a apporté de très belles choses. Il m’a permis de faire le point sur ma vie, ce que je veux faire, où je veux aller. Cela m’a permis de me poser la vrai question que tout le monde devrait se poser : est ce que je suis heureuse ? Ce premier voyage fut également un vrai voyage intérieur avec une réelle introspection, que je répète d’ailleurs régulièrement pour ne jamais me laisser aller. Mais il y a une chose vraiment essentielle que j’ai appris lors de mes voyages, qui me sert au quotidien maintenant : la force du positif ! Quelque soit la situation, un sourire et les ondes positives ont un pouvoir incroyable.

Ce que vous donnez, vous le récupérerez au double voir au triple. Si vous dégagez quelque chose de positif, les gens viendront vers vous. Croyez en votre instinct. Saisissez votre chance. La bienveillance attire la bienveillance.

→ Mes autres articles traitant du voyage en solo :